Oebr & Pad

Oebr & Pad (artiste peintre)

Oebr & Pad est né un 18 octobre 1946...

Longtemps retranché du monde, il est entré en peinture en 2001 avec foi et passion, rage et détermination.

Sur les papiers, OEBR&PAD utilise la trame existante et en détourne le sujet actualisé afin d'écrire sa propre histoire, ses propres histoires. Textes et illustrations disparaissent sous les couches de peinture, de feutres fluorescents, de crayons de couleur laissant le champ libre à des formes et des signes depuis longtemps présents à son esprit. Il fait, défait, refait... Répète comme on le ferait d'un alphabet inconnu qui donne les clefs d'une langue lorsqu'on a su en maîtriser les accords. De manière obsessionnelle, il revient sur la même idée. Il efface et reconstruit, s'en remet au hasard. S'arrête. Le dessin se fait peau. Apparaissent des rides, des griffures et escarres. On pense à Tapiès, à certains dessins de J. Beuys ou à ceux de Cy Twombly ou JM Basquiat quand la peau sur les dessins récents a mué, leur fait le grain lisse... Ou presque.

De la peinture il dit: "C'est toujours un combat, le plaisir vient avec les difficultés rencontrées et surmontées"

L'expressionisme des débuts, celui de la survivance de ce style chez les peintres allemands comme Hödicke, Bazelitz ou Immendorff, ne doit rien à une filiation dont se réclamerait ou se défendrait OEBR&PAD. Au mieux doit-on l'interpréter comme une coïncidence qui l'a conduit spontanément à un langage formel capable de traduire la révolte, l'angoisse et les émotions violentes et qui cède peu à peu la place à un certain dépouillement, à la recherche d'un équilibre entre de grands applats de couleurs qui tangue entre le recouvrement et le dévoilement de formes incertaines, de signes mystérieux, de bribes de mots et de phrases. "Avant j'avais des locataires", peut-on lire sur une toile.

Aujourd'hui le sujet se fait plus discret. Comme si OEBR&PAD tirait un peu le rideau sur la mise en scène d'un drame personnel souaitant qu'on ne voit plus ce qui se passe dans le tableau, mais ce qui se passe dans la peinture, dans ce qui s'exprime dans une pensée visuelle qui s'exerce sur la surface de la toile.

Par son acharnement au travail, il a acquis aujourd'hui les compétences des plus grands...